47ème semaine : Visite des villes du Sud : Yazd, Bandar Abbas et un weekend repos sur l’île de Qeshm

Jour 323 : Sur notre chemin de l’oasis Garmeh vers Yazd, on s’arrête visiter l’une des villes traditionnelles du désert, Bayazeh, dont les maisons sont construites à partir de terre et de paille. Malgré la chaleur, il fait très frais entre les maisons. C’est impressionnant l’isolation que ces matériaux procurent. On visite aussi l’intérieur d’un château fort. On aime bien ce style simple mais bien pratique ! Cependant ces matériaux n’ont pas l’air de bien tenir dans la durée et se détériorent assez rapidement sous la pluie comme en témoignent quelques parties écroulées du château. On monte les quelques escaliers raides pour apprécier la vue sur toute la ville située dans un oasis. On se croirait sur la planète désertique Tatooine de Star Wars !

 

 

 

 

 

 

Quelques dizaines de kilomètres plus loin, on s’arrête rapidement vers un autre château en terre et paille, celui de Kharanagh, qui est beaucoup plus grand et comporte même une mosquée rénovée à l’intérieur de ses murs. Il a aussi l’air plus touristique car des bus de touristes asiatiques débarquent nombreux.

Avec toutes ces visites, c’est l’heure du déjeuner ! On se pose donc à côté de la route vers un vieux caravansérail. On pensait être tranquilles mais un homme en moto vient nous voir (assez improbable vu qu’on est au milieu du désert). On remarque aussi sa doudoune, ça donne chaud ! Finalement il s’avère qu’il est afghane et travaille ici en tant que gardien des chameaux qui est venu nous voir pour vérifier que tout allait bien. Bien imprégnés de la culture iranienne maintenant, on l’a invité à nous rejoindre pour le déjeuner :). On a passé un bon moment !

Le soir, on arrive à Yazd. Quelle chaleur ! Mais on a un super endroit pour la nuit, sur un parking d’un hôtel situé dans le centre-ville. Super emplacement pour visiter les petites ruelles de Yazd. C’est aussi un endroit connu des voyageurs car l’hôtel met à disposition le parking gratuitement et donne accès aux toilettes et aux douches. On n’y retrouve un énorme camion noir français sur lequel est écrit en grand « Iran is great ». Rapidement on fait connaissance de ses propriétaires : une famille avec 2 enfants qui voyage depuis 5 ans ! A côté d’eux, on est des vrais newbies ! Tous les ans, ils passent l’hiver en Iran, en Arabie Saoudite et en Oman et retournent en Europe l’été pour voir leur famille. Une vraie famille nomade !

Jour 324 : Ce matin, on commence par un petit-déj salé (typique pour l’Iran) à l’hôtel, puis par une douche à l’eau illimitée 😊 On attaque ensuite la visite de Yazd avec sa mosquée, son vieux bazar et ses ruelles jonchées de maisons en terre et paille. Au milieu des ruelles, on découvre un moulin à eau souterrain. Compte tenu de son emplacement au milieu d’un désert, c’est assez atypique ! On profite aussi de cette visite pour se rafraîchir car il fait bien chaud dehors !

 

 

 

 

 

 

On part ensuite voir la plus grande tour à vent d’Iran. Elle se trouve au milieu d’un jardin fleuri Dowlat Abad, à 30 minutes à pied du centre. On a pu tester son système de climatisation ancestral et ça marche plutôt bien !

C’est aussi là que ma maîtresse s’achète enfin une tunique respectant le code vestimentaire iranien pour les femmes à manche longue et couvrant les fesses 😊. Elle est bien légère. Fini les pulls et les foulards qui entourent la taille !

Le soir on rejoint Jérôme et Leslie qui ont trouvé un super bivouac de nuit bien au calme au milieu des champs. On galère un peu pour y arriver. Avec leur super 4×4 puissant, ils peuvent se poser dans des endroits beaucoup plus isolés, comme ici en bas d’une colline à l’écart de la route. On préfère ne pas tenter cette descente et on reste près de la route, pas très passante. Ça nous fait toujours plaisir de les retrouver et d’échanger avec eux !

Jour 325 : Le matin, on profite de la tranquillité de l’endroit pour se couper les cheveux avant d’aller dans le Sud…et ça fait du bien!

Avec Jérôme et Leslie, on se donne rendez-vous dans le centre-ville de Kerman mais en arrivant dans la ville, dans les bouchons, Campi pousse des bruits aigus de plus en plus forts et récurrents. Ça fait déjà quelques mois qu’on a ce bruit lors du démarrage ou dès qu’on monte une côte. On pensait que ce bruit était lié au manque d’huile dans la boîte de vitesse qui fuit mais on commence à se rendre compte peu à peu que c’est décorrélé. Mon maître pense maintenant que c’est la courroie qui est en cause… En ayant peur de la casser, on fait demi-tour et trouve un garage au bord de route. On a de la chance, il y en a pleins dans ce coin ! On rentre dans le premier garage qu’on trouve et au bout de 5 minutes on s’occupe de nous. 10 minutes plus tard, la courroie est de nouveau tendue et le bruit a disparu ! Maintenant on est très contents d’avoir fait ce choix de trouver un garage au lieu de visiter la ville. Au moins on est plus sereins. On retrouve aussi Leslie et Jérôme pour un café et des gâteaux dans un parc en périphérie de Kerman. Ils ont déjà visité le centre-ville et nous ont rejoint dans le parc où on a déjeuné. Cette fois-ci, on se dit aurevoir pour de vrai car nos chemins se séparent définitivement. Ils remontent vers Mashad pour récupérer leurs visas turkmènes alors que nous on entame la route vers le Sud (enfin, depuis le temps qu’on en parle !) avant que les températures ne montent à 50 degrés !

Notre après-midi est donc consacré à rouler vers le Sud, pour rejoindre Bandar Abbas, à 500 kilomètres de Kerman. Sur le chemin, on s’arrête dans un parc pour femmes pour faire le plein d’eau potable ! Ma maîtresse s’aventure donc toute seule dans ce parc immense clôturé par un mur de 3 mètres !

On s’avance ensuite vers notre spot de nuit qui est au top, à 5 minutes de la route principale. C’est sur un lac salé complétement sec. Des locaux qui y pique-niquaient nous ont même ramené des noix et pipas ! Après leur départ, c’est le calme absolu et soirée feu sous les étoiles ! Quel bonheur ! On profite aussi d’une dernière nuit aux températures soutenables car la météo du Sud nous annonce des nuits bien chaudes.

Jour 326 : Le matin, on entame une grande descente vers le Golfe persique. On roule quasiment au pas en utilisant le frein moteur, sinon on cramerait nos freins ! On met donc la matinée avant d’arriver à Bandar Abbas. Il fait humide et lourd et la température monte à 40 degrés… il faut qu’on s’habitue ! On s’abrite dans un parc pour déjeuner. Ma maîtresse visite aussi une plage privée pour les femmes. On décide d’aller ensuite sur la plage et moi j’en profite pour faire un grand ploufff dans la mer, enfin !!! Comme à l’accoutumé en Iran, les locaux viennent sur la plage avec leurs voitures pour profiter du cadre agréable mais sans se baigner ! En Europe, et vu la météo, la plage aurait été déjà envahie par des centaines de personnes ! Eh oui, la culture est tellement différente ici.

Le soir, on fait quelques courses dans le bazar de la ville avant d’aller sur l’île de Qeshm le lendemain.

Jour 327 : Après une heure de paperasse pour pouvoir aller sur l’île de Qeshm (nécessité de photocopier nos passeports, visas et le Carnet de Passage de Douane), on peut enfin embarquer sur le ferry ! On attend cependant une bonne heure, avant que le bateau se remplisse. On crève de chaud sur le ferry, même le vent est chaud, il brûle plus qu’il ne refroidit ! Après une demi-heure de traversée, on arrive sur l’île.

On s’avance tout de suite vers l’Ouest de l’île qui est plus sauvage. Effectivement, il n’y a pas de grandes villes, ni d’infrastructure d’ailleurs ! On fait donc les 10 derniers kilomètres sur un chemin en terre à 20km à l’heure pour arriver à notre bivouac de nuit.

Mais on est récompensés par une tranquillité sans précédente ! Cachés de la route, on n’a la plage que pour nous ! A nous la baignade dans le Golfe persique ! On passe une bonne heure dans la mer à se rafraîchir comme on peut car elle est quand même assez chaude. La mer est claire et propre et il n’y a personne à perte de vue. Ça fait tellement du bien de pouvoir se baigner et grâce à cet endroit isolé, même ma maîtresse peut se mettre en maillot de bain ! Bref, c’est notre petit paradis ici, avec en bonus un coucher de soleil sur la mer.

Jour 328 : Après une dernière baignade matinale, on fait le tour de l’île. On visite d’abord une grotte de sel puis le Canyon Chahkooh formée par l’eau et par un tremblement de terre. C’est cool ici, j’ai droit d’accompagner mes maîtres partout !

  Le soir, on a la chance d’observer sur le Turtle Breeding Site une tortue de mer qui est en train de pondre ses œufs dans du sable. Elle pond une cinquantaine d’œufs en espérant qu’un ou deux bébés tortues arrivent à passer tous les obstacles pour arriver à la mer. Mais les prédateurs sont nombreux et attendent avec impatience ce moment…

Jour 329 : Ce dernier jour sur l’île, on fait un tour rapide de la capitale car à part des centres commerciaux, il n’y a pas grand-chose à voir. Et puis avec cette chaleur, on est mieux sur la plage ! On se dirige ensuite vers l’île de Naz, accessible à pied à la marée basse. On arrive sur la plage au moment où un chemin se forme jusqu’à l’île. En revenant, des bus de touristes commencent à rouler dans l’eau jusqu’à l’île ! Ils n’ont peur de rien ces iraniens !

Pour notre dernière nuit sur l’île, on trouve un endroit sympa et calme sur la plage. Ça en manque pas ici, ça change de l’Iran où la plupart du temps, on partage notre endroit de bivouac avec des pique-niqueurs et des campeurs !

PS : Vous trouverez nos photos sur notre page Facebook.

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *