51ème semaine : Une semaine dans un garage à Téhéran OU c’est quand le moteur s’arrête que l’aventure commence et que les amitiés se créent

Jours : 350 – 354 : Après 6 jours de garage à Téhéran, on est de nouveau On The Road ! On a toujours vécu le passage au garage comme un moment stressant mais chez Salim et Soroush on a passé l’un des meilleurs moments de notre voyage ! 6 jours de vraies vacances !

On a pu dormir dans notre Campi dans la cour avec accès aux toilettes et à la douche. On se retrouvait autour des repas délicieux faits maisons (on leur a fait goûter en retour une quiche !). J’ai eu droit à tous les restes de table et je suis devenu le gardien du garage très apprécié.

Campi a eu une cure de jeunesse : changement de 3 courroies et surtout réparation du différentiel de la boîte de vitesse dont l’huile coulait depuis le début du voyage. Ça commençait à devenir critique, on devait mettre de l’huile tous les jours. Campi est maintenant dans un meilleur état qu’à l’achat !

Salim et Soroush ne sont pas seulement des excellents mécaniciens qui nous ont fabriqué eux-mêmes des pièces manquantes et ont soigneusement nettoyé tout notre différentiel mais ils sont également de très bons dog-sitters (pendant que mes maîtres visitaient la capitale). Ils sont devenus nos amis ! …Et dire qu’on avait peur d’aller en Iran avec Campi car on pensait qu’en cas de problème, on n’arrivait jamais à le faire réparer !

L’Iran nous émerveille tous les jours !

Pendant que les garagistes réparaient Campi, on en a profité pour aller visiter Téhéran, le centre-ville étant à 15 minutes en bus. D’ailleurs, les bus et les métros sont séparés pour les hommes et les femmes. Alors qu’une femme peut aller dans le compartiment pour les hommes, l’inverse est interdit. Ça peut choquer au départ mais c’est vrai qu’à l’heure de pointe, c’est plutôt pratique pour les femmes d’être toutes seules.

 

 

 

 

 

 

Pendant la semaine, on a fait un tour au Palais Sa’dabad, un grand complexe de musées et de parcs, qui était auparavant le complexe résidentiel du Shah, l’un des rares symboles d’avant révolution islamique. On a visité qu’un seul bâtiment qui comporte les salles principales et les pièces de réception de Mohamad Reza Shah (le deuxième roi de la dynastie de Pahlavi). De nombreux objets étrangers décorent ces salles, dont la plupart viennent de la France. On a été surpris par le style très « versaillais ». Pas loin du palais se trouve le bazar de Tajrish où on a fait nos courses.

On a aussi vu la Tour d’Azadi et la tour de communication Milad. On a voulu monter tout en haut mais elle était fermée à cause du ramadan… En effet, en plus des restaurants, les horaires changent aussi pas mal pour les attractions touristiques pendant le mois du ramadan.

Heureusement que le palais de Golestan était ouvert. Ce palais est le plus vieux monument historique à Téhéran. Son nom veut littéralement dire le palais des fleurs. Ce palais appartient au groupe des bâtiments royaux qui faisait autrefois part de la citadelle de Téhéran. Il est possible de visiter de nombreux bâtiments mais pour chaque bâtiment, il faut un billet différent. On a donc choisi de visiter le palais principal avec ses pièces brillantes composées de milliers de morceaux de miroirs ainsi que la pièce où se trouvait un trône en marbre. Mais rien que les bâtiments vus de l’extérieur sont beaux et colorés. Quel régal pour les yeux !

On est aussi passé par le Grand Bazar qui est effectivement assez immense. Une grande partie du bazar est dédiée aux tapis persans faits à la main dont les prix pour les plus petits commencent à 300€ !

Il faut dire que Téhéran ne nous a pas trop impressionné. Mise à part les palais, la ville n’a pas grand-chose à offrir. Ça reste une très grande agglomération, très chaotique ! Et ne parlons pas de la conduite dangereuse des iraniens qui ne regardent jamais leurs rétros ! Comme on l’a déjà entendu, il n’y a qu’une seule guerre en Iran, c’est celle sur la route !

Ce sont plutôt les paysages montagneux derrière Téhéran qui suscitent notre intérêt. En quittant le garage, c’est donc notre prochaine étape !

PS : Toutes nos photos de Téhéran sont par ici.

Share this...
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Print this page
Print

Une réflexion sur « 51ème semaine : Une semaine dans un garage à Téhéran OU c’est quand le moteur s’arrête que l’aventure commence et que les amitiés se créent »

  1. salou zoulou (c’est pour la rime ), dit donc ! toi qui garde le garage es tu sur qu’ils ont remis toutes ces vis et engrenage !????pourvu que ça marche …….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *